Miroir de l'âme : rencontres d'âmes et d'esprits

Miroir de l'âme : rencontres d'âmes et d'esprits

Cet espace vous est offert pour échanger sur l'oeuvre de C.G.Jung et la psychologie ... pour partager votre vision du monde et vos ressentis
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rebelle dans les limites de la conscience

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GnOlus le gnome
Admin
avatar

Nombre de messages : 4400
Age : 33
Localisation : Sous un champignon, contemplant l'automne
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Rebelle dans les limites de la conscience   Mer 18 Fév - 18:43

l'expression de mon intelligence, des pensées qui me traversent, de mes intuitions/perceptions n'a pas été accueillie et ne l'est pas souvent ... et j'en cherche le sens ... Souvent je croyais ce que les gens me disaient et mon estime de moi-même était au plus bas et surtout je ne pensais plus par moi-même quand elle était mise en cause. S'en suivait inflation, cauchemar, angoisse, ...
C'est la colère, le sauvage en moi qui a contribué à la protéger et je comprends les choses différemment. Comme quoi la compréhension psychologique permet de se protéger :

Je réponds à ces gens, je me positionne comme tel face à ces retours sur mes pensées, sur l'expres​sion(fond/forme) et enfin sur l'intention : Je suis tel que je suis et en même temps tout à fait conscient du rebutement, de la jalousie, de l'envie, de la colère, ... que je peux sentir (hypothèses!) et je les accueille et ne les prends pas contre moi. Par rapport à la pensée que je développe (fond), au style qui peut faire appel à des termes, concepts pas faciles à cerner ou peu utilisés (forme), je suis d'accord d'expliciter avec d'autres termes, par la métaphore, ... si et uniquement les gens me le demandent explicitement en citant les propos incompris. S'ils ne disent rien, je ne vais pas passer ma vie à spéculer sur leur compréhension ou non de mes propos : leur incompréhension leur appartient, je peux l'écouter, exprimer différemment en même temps ils sont responsables de l'exprimer. Je suis ouvert à expliquer en même temps s'ils ne se bougent pas pour combler, de manière responsable, leurs besoins et qu'après ils se posent en victime sans avoir agi, je ne suis pas responsable de cela. La main, l'oreille et la bouche sont tendus symboliquement vers eux de par l'intention que j'exprime ici. Je fais le pas vers eux. Maintenant, c'est à eux de les prendre ou non. Je considère que si les gens ne disent rien c'est qu'ils ont compris le fond.

Quand j'exprime mes pensées surtout sur le net, je connais très bien souvent ce qu'il y a en face : des gens se mettent en compétition intellectuellement avec moi ou essaient d'avoir raison et moi tort. N'y arrivant pas, n'entrant pas dans le jeu, ne laissant les gens penser pour moi, étant vif de penser, refusant la compétition gagnant-perdant pour une apposition des pensées "tu penses comme cela, je pense différemment", le débat est déplacé soit du fond vers la forme (style, mots, formulation) ; soit du fond sur ma personne (intello, philosophe, pas ouvert d'esprit, "pour qui tu te prends petit jeune : tu n'as rien vécu" ...). A court d'arguments, n'ayant peut-être plus rien à dire, y a peut-être de l'embêtement voire de la honte. Alors la personne "charge" par refus de la reconnaître, celui, croit-elle, celui qui en est la cause. Dans ce cas : moi. Si nous n'avez plus rien à dire sur le sujet, ne dites rien. Je suis pas ici pour avoir le dernier mot. Etant dans un monde virtuel favorisant la psychose (internet) et donc la projection, ne connaissant pas les gens, j'observe très souvent ce phénomène et j'ai compris que un signe de la compétition (stratégies pour avoir de la reconnaissance ?) dont je parlais plus haut, qu'il y a nombre de projections, que c'est une stratégie pour ne pas à avoir à reconnaître ses propres limitations ?; ... . Il peut y avoir des blessures Je soupçonne la "honte d'être cassé intellectuellement". Les gens, quand ils sont dans la honte, face à une limite, un handicap, ...développent par compensation une arrogance toute inverse pour qu'elle ne soit pas vue or l'acceptation de tout cela est créateur et remet à mon sens dans son humanité : je ne suis pas parfait !

Il est souvent montré dans les films américains les clichés "jeunes sportifs tout beaux et idiots" et "jeunes intellos pas beaux". Ils ont tout 2 une arrogance les uns vis à vis des autres : les 1ers physiquement, par leur nombre de conquête, les matchs remportés au sport, les muscles, ... ; les 2ème par les concours gagnés, l'étalage de confiture, le fait d'être 1er de classe et d'avoir des beaux points et ... ils se rentrent dedans, se jugent, se haïssent car ils sont l'un pour l'autre un miroir : ils usent de moyens différents en même temps le fond est pareil : "je suis supérieur à toi". Ils projettent leur ombre.
Je ne suis pas ce genre "d'intellos" : j'ai des connaissances, une facilité à comprendre, une capacité à faire des liens et à comprendre empathiquement les autres (intellectuellement ou non) en même temps cela ne fait pas de moi un être supérieur à vous. Vous avez vos dons, vos compétences, vos qualités et vos faiblesses. Idem pour moi. Je suis sûr qu'il y a un domaine où vous êtes plus compétent que moi. Mon intention en écrivant ici est de stimuler à de la conscience et d'aller au fond des choses pour les relier et les transformer.
Même et cela n'est pas justifié, il y a une sorte de conspiration contre l'esprit, le mental : c'est comme si je ne pouvais pas exprimer les connaissances, que ce n'est pas bienvenue car de toute façon ça sera vue comme de l'étalage, de l'arrogance et de l'intolérance. J'invite à reconnaître en vous-mêmes et les autres vos dons/talents/lumière ; là où vous êtes en progression ; là où il y a des choses à changer enfin vos incapacités, handicaps.
C'est d'une part une conspiration de l'esprit (tyran) contre une autre part de l'esprit (connaissance, archétype du "magician") et d'autres part, last but not least une conspiration contre l'âme, le handicap, l'imperfection, l'humain bien terrestre, la différence, le multiple, le lumineux, le doré, l'unique, le don, le talent, la transformation, la co-création qu'elle vienne de l'esprit et/ou de l'âme !

Je suis pour ma part affirmatif et agressif. Cela ne veut pas dire intolérance et fermeture d'esprit. L'agressivité est une vigueur qui permet de se positionner. Dans les débats, des gens essaient d'avoir raison et d'en ramener le plus possible à leur cause, d'en convaincre le plus possible pour une intention que je ne connais pas. Se positionner avec agressivité est essentiel face à ceux qui sont dans une démarche "moi j'ai raison, tu as tort donc ferme là". Je suis agressif car je suis amoureux de la vérité qui est pour moi multiple : c'est la subjective et enfin unique qui est l'objective et qui est factuel. La Vérité n'est pas vraie : elle est métaphorique. Par là je suis très alerte face au relativisme (pas le fait de relativiser) par exemple ou au déni de l'histoire, des faits, à la toute puissance humaine qui aurait le pouvoir de détruire (rien que ça) la planète de par la pollution, aux mythes, compréhensions unilatérales, à la littéralité ; aux projections que font les gens sur des sujets ; à la comparaison/associations entre 2 faits qui n'ont rien à voir et enfin last but not least au pouvoir sur l'autre. Ce n'est pas contre les gens, c'est contre ce qui est nuisible psychiquement, pour l'âme ; contre le tyranqui crée, initie contribue et soutient à la dissociation psychotique : déni, projection, littéralisation des imaginations/compréhensions en vue d'en faire des vérités que je vais essayer de faire rentrer dans la tête des gens pour mieux partir en guerre contre les ennemis qui sont tous à l'extérieur (et donc le fanatisme illuminé en tout genre).
Je suis ici au service de l'âme ...
Enfin j'ai une grande de blessure de ne pas penser par moi-même comme je l'ai dit : gober la pensée des autres pour être aimer, faire plaisir, avoir la paix, éviter la confrontation je connais. Mon affirmation, agressivité est comme une compensation à une blessure, une affirmation de soi, une protection face au gobage, un souci de respecter ma différence. J'occupe mon territoire et personne ne pensera, parlera, saura ce dont j'ai besoin, ressentira, ... pour moi.

Les jugements des gens posés sur le net ne pas ajustés, la plupart du temps, car ils ne me connaissent pas pour la plupart. Ils voient mon savoir et pensent que je ne suis que ça, que je n'ai pas vécu, que je vis dans une bibliothèque dans une tour coupée du monde. C'est donc de la projection dans la plupart des cas. J'ai des ami(e)s, j'aime de temps en temps la bière, la fête, me promener dans la nature, ne rien faire, rire de tout et rien, poétiser, ... Les gens reconnaissent que j'ai de la confiture quand ils me disent "tu étales ta confiture" en même temps ils me prêtent une intention qui n'est pas la mienne. C'est comme, comme je l'ai dit, la grandeur ajustée, le don de l'âme et l'esprit n'étaient pas les bienvenues et qu'exposer mes connaissances, c'est unilatéralement et de toute façon l'étaler, voir en jeter plein dans le gu.... des autres et me montrer arrogant. Ca peut l'être : Je peux voir chez moi que je peux utiliser mon savoir pour dire "je sais tout, vous êtes nuls". Ce n'est pas le cas. J'ai fait cela toute ma jeunesse. Je me suis pris des coups et je n'ai pas rétorqué car au final le savoir reste et les coups partent. En même temps ce n'est plus le cas : j'ai pris de la distance avec ce complexe, fonctionnement qui reste néanmoins présent et auquel je suis attentif. Je n'ai rien à gagner à être arrogant. Je ne veux pas cela. Je veux une relation d'homme à homme/homme à femme et non d'inférieur à supérieur. Ce que je propose : que chacun reconnaisse la force, les dons de l'autre.

En effet, je suis confronté la plupart du temps à des gens qui se sentent inférieurs par rapport au niveau de la pensée et la conscience. Souvent des gens plus âgés. Il se passe que je comprends le phénomène comme cela (c'est le même pour l'homosexualité refoulée par exemple) : "Je suis dépassé par sa pensée, son développement, je ne la comprends pas, il a un don/talent, je me sens inférieur, je ne peux l'avouer" alors "c'est l'autre qui est arrogant et expose sa tartine, son savoir comme on étale sa confiture ; qui ne me comprend pas, qui me prend pour un imbécile et qui est intolérant". C'est un complexe d'infériorité. La personne va vous exprimer qu'elle voit votre supériorité. Elle va le faire par des retours où elle va exprimer que VOUS la rabaissez. Elle vous fait dire par transfert, procuration qu'elle se sent dépassée mais le fait dire de votre bouche, c'est plus tolérable, acceptable. Or il n'y a pas de "mal" à être dépassé (au diable le stigmate, le tyran), se sentir inférieur comme handicapé ou incapacité et puis je peux être très fort avec la pensée, le mental en même temps je suis incapable de construire un mur et par là le maçon avec ses mains est bien supérieur à moi et ce n'est pas un problème pour moi : chacun son don et vive la différence ^^ C'est important de reconnaître où je je suis doué, supérieur à la moyenne statistique et en même temps de reconnaître où je n'ai pas de compétence, talent, don, en dessous de la moyenne.
Avec l'homosexualité refoulée au siècle dernier, ça frisait la paranoïa : "J'ai de l'amour pour quelqu'un de mon sexe mais cela n'est pas tolérable" alors "je le déteste mais cela aussi n'est pas tolérable et acceptée : "il faut aimer son prochain" alors "c'est lui qui me déteste" (cela est plus tolérable). Cela s'est passé souvent entre maître et disciple. C'est le cas de Jung/Freud par exemple : proximité/affection-remise en question-rupture avec rejet réciproque de la responsabilité; Freud et autres disciples ; Jung et certains disciples. Quand quelqu'un se met à vous détester sans raisons observables, factuelles ; que la haine est passionnée, c'est peut-être ce phénomène qui est en train de se dérouler que ça soit un homme ou une femme. De nos jours, la haine est + tolérée que par le siècle passé. Ceux qui vous haïssent sans raisons valables, factuelles et passionnément vous aiment probablement pour quelque chose qui est en vous ; vous aiment tout court ... mais cela n'est pas tolérable et tolérée par le psychisme. Alors ils vous haïssent. C'est ainsi qu'ils vous disent "je t'aime" c'est moins dangereux psychiquement et l'amour s'exprime quand même.

Freud l'exprime ainsi :

Elle se fonde dans le cas Schreber sur un sentiment de nature homosexuel:

1. Je l'aime mais cette pensée m'est insupportable car comment aimer un homme?
2. Je le déteste puisqu'il m'amène à éprouver ce sentiment inacceptable. Mais cette hostilité éprouvée est également inacceptable.
3. Donc, il me persécute et parce qu'il m'inflige de telles souffrances, je puis le haïr.

Je suis fatigué d'être ce que vous voulez que je sois
Me sentant si incroyant perdu sous la surface
Je ne sais pas ce que vous attendez de moi
Mis sous la pression d'être à vos places
(Coincé dans le ressac juste coincé dans le ressac)
Chaque pas que je fais est une autre erreur à vos yeux
(Coincé dans le ressac juste coincé dans le ressac)

_________________
"Quand l'amour s'en va, c'est le pouvoir qui prend sa place" Jung

Comme un gnOme : http://www.youtube.com/watch?v=7GN1I7M3yCc

Ofélia, puisses tu guider les êtres vers le Coeur, âme soeur, pour qu'ils puissent vivre avec l'Amour jusqu'à la fin de leur chemin, de leurs jours ; moi, je viens avec toi, tiens prends ma main ... : http://www.youtube.com/watch?v=GQCUF8ZvQTU&feature=player_embedded
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clidre.skyblog.com
Elmo
Membre
avatar

Nombre de messages : 325
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: Rebelle dans les limites de la conscience   Jeu 7 Jan - 17:38

ça s'est parlé à "coeur ouvert"...et sur l'espace public, c'est une véritable démarche Wink

moi qui me suis reconnu sous quelques lignes, je vais tâcher de mettre bas l'égo sur ce forum, promis, juré, pas craché ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carl-gustav-jung.blogspot.com/
GnOlus le gnome
Admin
avatar

Nombre de messages : 4400
Age : 33
Localisation : Sous un champignon, contemplant l'automne
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Rebelle dans les limites de la conscience   Jeu 7 Jan - 17:57

héhé ;-) Welcome Very Happy

_________________
"Quand l'amour s'en va, c'est le pouvoir qui prend sa place" Jung

Comme un gnOme : http://www.youtube.com/watch?v=7GN1I7M3yCc

Ofélia, puisses tu guider les êtres vers le Coeur, âme soeur, pour qu'ils puissent vivre avec l'Amour jusqu'à la fin de leur chemin, de leurs jours ; moi, je viens avec toi, tiens prends ma main ... : http://www.youtube.com/watch?v=GQCUF8ZvQTU&feature=player_embedded
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clidre.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rebelle dans les limites de la conscience   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rebelle dans les limites de la conscience
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Martin Luther – Rebelle dans une époque de rupture
» Limites de sécurité des nutriments
» Une formation énorme d'étoiles.... dans les limites des lois de la physique
» Recherche d'un texte affirmant la liberté pédagogique (dans les limites du programme)
» Sceller les sens Astraux (les ramener dans les limites du corps)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miroir de l'âme : rencontres d'âmes et d'esprits :: Accueil :: Espace de lecture publique-
Sauter vers: