Miroir de l'âme : rencontres d'âmes et d'esprits

Miroir de l'âme : rencontres d'âmes et d'esprits

Cet espace vous est offert pour échanger sur l'oeuvre de C.G.Jung et la psychologie ... pour partager votre vision du monde et vos ressentis
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au diable les stigmates !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GnOlus le gnome
Admin
avatar

Nombre de messages : 4400
Age : 33
Localisation : Sous un champignon, contemplant l'automne
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Au diable les stigmates !   Mer 18 Fév - 18:36

Docteur, je suis narcissique, hystérique, a des traits de pychopathe, parfois j'entends des voix et ne sais plus ce que je fais, c'est grave ?

Voilà ce que j'entends régulièrement et j'ai envie un peu de secouer le cocotier !
Hillman montre bien dans "le mythe de la psychanalyse" que la psychopathologie est une mythologie moderne qui repose telle une couche de béton sur le mythe ! Au diable les analyses littérales que les psychanalystes font ! Je préfère une approche métaphorique. L'hystérique est comme Dionysos, seigneur des âmes, l'hystérique est celui qui est le proche de l'autre et de lui-même ainsi que de son âme !
Au diable, la démence présente dans le milieu psy où les gens souvent dans le pouvoir s'amusent (ou non) à démontrer que le dément, celui qui a un souci, c'est l'autre et qui l'enferme dans une psychopathologie littérale sans compassion !
Je préfère une approche du polythéisme de l'âme : j'intègre tous les dieux en moi et j'accepte d'être comme eux... Alors je suis parano, hystérique, psychopathe, pervers-narcissique, schizo, ... dans une large mesure ou non et j'en jouis et je l'accepte et je vois cela chez l'autre et j'accepte qu'il soit ainsi. En même temps je suis conscient de l'impact des zones d'ombres et je développe tant la conscience de la lumière que de l'ombre.
N'oublions qu'il y a PATHOLOGIE et non pathologie : je peux être très narcissique sans être dans un complexe. Chaque dieu a ses ombres et lumières et la psychopathologie tend à ne pointer que les ombres d'un dieu, que son côté sombre.
Le psychopathe est un promoteur en puissance par exemple. Dans les temps anciens, il protégeait les temples et les lieux sacrés. Il tuait pour protéger... Hillman invite, non à sortir de sa pathologie, de son complexe mais d'y donner un sens, de lui donner une fonction et une âme et enfin de les voir comme parties intégrantes de l'akène. En bref de reconnaître le daimon, de l'accepter, de se positionner face à lui et de lui donner une fonction symbolique ou non. Je ne jette pas la psychopathologie : je choisis de l'utiliser comme une métaphore sur "les discours sur la souffrance de l'âme" et j'y ajoute une autre science que j'invente maintenant et qui vient compenser ce mythe pervers et pernicieux car unilatéral en ne voyant QUE la souffrance de l'âme : l'psychoenthousiasmologie : discours sur le feu, la lumière de l'âme ! Putain elle ne fait pas QUE souffrir ! Le Puer/Senex (narcissique) apporte son imagination ! Le héros apporte sa capacité à agir, à persévérer, à se relever encore et encore ... le sauvage ! Le féminin et masculin sauvage (psychopathie) ! Le fils amant avec sa passion, sa créativité (hystérie) et enfin le daïmonique avec sa manipulation ajustée, son influence et ses connaissances ...

Je pense que la stigmatisation des complexes, des psychopathologies est bien chrétienne. La psychologie est empreignée du mythe chrétien. Elle stigmatise, démonise le polythéisme de l'âme comme elle démonise le polythéisme, la souffrance, la maladie, le complexe, l'imperfection, l'infantilité, la dépendance présents dans la psyché ... en bref tous les manques ... et imperfections !
Je suis complètement outré, indigné par les propos de Soeur Emmanuelle qui invite au suicide collectif, à intégrer un mythe unilatéral, pervers et pernicieux : "Le paradis est au ciel, ce monde est mauvais, il faut survivre ici, faire de son mieux pour aider les autres s'ils sont moins bien lotis que nous, attendre la mort pour connaître la paix du coeur et du père. C'est dans la mort qu'est la paix". Elle parle bien à mon sens littéralement et non métaphoriquement. J'ai paraphrasé ici ces propos que j'ai entendu à la radio et ça me donne envie de vomir ...
Perdraza montre bien qu'Hermès sourit à ses parents alors qu'ils sont bien névrosés. Cela dès sa naissance. Il est dans la bénédiction et la gratitude. J'invite à remercier les complexes, ma psychopathologie parce qu'ils sont initiateurs et ne sont pas mauvais. Ce n'est pas un mal à extirper en soi.
Je me rappellerai toujours de cette femme atteinte d'un psoriasis et qui fait traitements sur traitements en vue d'éradiquer la maladie et elle cauchemarde sans cesse ... un énorme serpent la poursuit et elle fuit ... avec Marie Lise Labonté en imagination active, elle revit le rêve et s'arrête ... elle est face à lui qui est énorme. Elle lui parle. Ils se parlent. Au fil du temps, les cauchemars sont moins forts, le serpent diminue de taille. Enfin ça devient un simple rêve. Le serpent trouve sa taille "normale" et finit par partir. En même temps, les écailles que la dame avait sur sa peau rétrécissait à vue d'œil et sans traitement ! Elles ont disparu alors que le serpent partait....

Concernant les complexes Senex - et Puer - (- étant la façon dont le vit le moi), j'ai compris avec mon travail sur moi, ma réflexion/analyse, observations et perceptions que les gens qui se plaignent toujours de la même chose, des mêmes personnes, parlent des mêmes sujets encore, racontent et se racontent la même histoire sur eux-mêmes dans un Plérôme, une plénitude qu'ils détestent autant qu'il les satisfasse. C'est ce qu'il se passe en psychanalyse : la personne masturbe son histoire encore et encore et encore et ça dure des années. Elle sait pour quoi elle fait pipi au lit ... mais elle fait toujours pipi au lit ... !!!!
Je n'aide pas que ceux qui ne s'aident pas d'abord eux-mêmes en intention et en action. En thérapie, ils viennent chercher un sauveur.J'aurai très facile à les confronter, à ne pas rentrer dans leur petit jeu et à être clair. En amitié, ils vous exposent la situation et se plaignent et cherchent à ce que vous vous plaignez avec eux. Ils cherchent une alliance et veulent changer l'autre, le problème est toujours chez l'autre, jamais chez eux. Ils ne sont pas responsables.
Une femme dépense ainsi 3000€ en séminaire par année. Elle arrive chez les thérapeutes, cherchent des conseils, solutions. Certains en donnent et elle s'amuse à jouer à "Oui mais ..." en bref à remettre en question tout ce qui est avancé. Elle finit par fuir et persécuter ces sauveurs. Elle arrive chez Labonté qui la confronte de plein fouet et là elle prend conscience qu'elle a dépensé 12 000 € en stage, analyse et séminaires : personne ne peut bouger pour elle-même. C'est à elle à faire le pas. Une fois qu'elle a compris cela, ça peut être intéressant qu'elle explore avec le thérapeute le refus de ce pas par exemple.

"La Bête n'est pas qu'une bête pour la Belle : elle ne fait pas de sa blessure, de son passé, de ses ombres, ... qui il est".

_________________
"Quand l'amour s'en va, c'est le pouvoir qui prend sa place" Jung

Comme un gnOme : http://www.youtube.com/watch?v=7GN1I7M3yCc

Ofélia, puisses tu guider les êtres vers le Coeur, âme soeur, pour qu'ils puissent vivre avec l'Amour jusqu'à la fin de leur chemin, de leurs jours ; moi, je viens avec toi, tiens prends ma main ... : http://www.youtube.com/watch?v=GQCUF8ZvQTU&feature=player_embedded
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clidre.skyblog.com
 
Au diable les stigmates !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les stigmates
» Que diable suis-je venue faire sur cette terre ? M'accomplir !
» B-L'Animal et la religion : Diable et Démon
» Et si le Diable m' était conté .
» Islam: religion de Dieu ou religion du Diable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miroir de l'âme : rencontres d'âmes et d'esprits :: Accueil :: Espace de lecture publique-
Sauter vers: