Miroir de l'âme : rencontres d'âmes et d'esprits

Miroir de l'âme : rencontres d'âmes et d'esprits

Cet espace vous est offert pour échanger sur l'oeuvre de C.G.Jung et la psychologie ... pour partager votre vision du monde et vos ressentis
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Témoignage (date de 2007), les positions de vie (analyse transactionnelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GnOlus le gnome
Admin
avatar

Nombre de messages : 4400
Age : 33
Localisation : Sous un champignon, contemplant l'automne
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Témoignage (date de 2007), les positions de vie (analyse transactionnelle)   Mer 1 Oct - 20:22

Voyant mon vécu depuis mon retour de l'université et après analyse, je suis sûr d'être passé par les 4 positions de vie. Mon récit va me permettre de les décrire).
Dans mon scénario, j'ai reçu un driver puissant : « Fais plaisir » ainsi que des injonctions « Ne sois pas toi-même et ne pense pas à toi ». Ils se sont avidement mobilisés pendant mes études.
b) -, - : Mercredi 4 septembre 2002, je suis à l'université dans le désespoir et la dépression. J'ai envie de me pendre (suicide) : marre d'être seul dans un kot, marre de voir ces énormes syllabus, marre de vivre. En même temps, je me résigne : je ne parle à personne de ma souffrance, je ne me fais pas de demandes et n'en fais pas. Je n'en fais pas parce que je juge les autres « nul » (« Je suis un bon à rien, ils ne savent rien m'apporter) et me jugeais « nul » (« Bon à rien ! »). Je suis spectateur de tout et subit tout. Je suis victime et bourreau de moi-même et des autres : j'accuse les autres et m'accuse. Ainsi, je me déresponsabilise en leur donnant la responsabilité de mon vécu et ma situation tout me culpabilisant d'avoir des rêves et de penser à moi (driver non activé : je me fais plaisir ce qui enclenche les puissantes injonctions : ne pense pas à toi et ne sois pas toi-même) : c'est la faute au monde entier, à nous : « nous sommes des bons à rien ». Mes problèmes, je ne voulais surtout pas les voir et j'entamais des comportements de passivité : je jouais abondamment à l'ordinateur, allais sur Internet, me goinffrais de chips et remettait tout à demain (travail, nettoyage du kot, ...) et oubliais d'aller en cours. Je me suis hyperprotégé en ne prenant pas de risques (pas d'intimité avec les autres) en ne travaillant pas (ça me ramène à ma réalité), en me détruisant (par la bouffe) et en détruisant (non nettoyage). J'ai été coupé de moi-même et des autres. Et puis, un jour, j'ai pris le téléphone pour demander de l'aide ...
c) -, + : 21 septembre 2002, je quitte après une semaine l'unif et rentre à l'école normale pour faire le même métier que papa : prof ! En effet, j'ai choisi de parler à mes parents et ma position de vie est passée de -,- à -,+. Mon langage intérieur était « Je ne vais pas y arriver à l'unif, je suis nul en math et je vais rater. Mes parents seront mécontents, je dois faire quelque chose que je vais réussir, peu importe si j'aime ou pas. Je vais leur demander ce qui est bon pour moi. » Mon père me propose à l'école normale et va ... m'y inscrire lui-même ... tout une symbolique !
J'ai agi ainsi pour répondre aux drivers « fais plaisir » ET à l'injonction « Sois pas toi-même » en le laissant choisir pour moi. Dans ce cas, ce n'est pas +,+ car il y a un « si ... » : ça ne peut aller que si je quitte l'unif dans mon cas. Par mon comportement, je me dévalorisais. Je le faisais aussi par mes dires : les dévalorisations que je me donnais moi-même en -, - étaient encore présentes (choix et capacité : « T'es ridicule, nul ») et me jugeais méprisable (« tu fais pitié Alex »), avec encore une envie de mourir et rejeté (« Ca sert à rien de faire des connaissances à l'unif parce que de toute façon, tu vas pas y arriver ») et ressentais encore un peu de déprime.
En même temps, les choses bougeaient : j'ai parlé à mon père et lui ai dit « Ca n'est plus possible, choisis pour moi une école où je vais réussir ». Il m'a alors inscrit dans cette école. J'ai accepté le choix dans la soumission complaisante : j'ai laissé faire mes parents pour moi et cela avait un certain confort ! J'avais honte d'avoir fait ce choix (unif), honte d'avoir pensé à moi et me jugeais coupable (cela s'explique par l'activation des drivers). Aujourd'hui, j'ai remarqué que je cherchais dans ce comportement (aller à l'école normale) l'amour de mes parents. Je dépendais de leurs regards et de leurs choix : Je croyais que j'étais responsable de leur déception si je ratais et que cela allait me coûter leur amour (et donc, dans cette position de vie ça ne peut être (encore) +, + que « si ... » ). Je recevais un certain soutien de leur part et étais dans une certaine admiration pour leurs capacités à eux d'être arrivés quelque part dans la vie. Dans cette phase, l'autre a la solution pour moi car il sait mieux que moi ce qui est bon pour moi car je ne sais pas et suis nul. Je me donnais ainsi un rôle de victime « c'est à cause de l'unif que je pars, c'est trop dur » et me sentais impuissant devant la tâche : « Je suis incapable d'y arriver, surtout en math, mission impossible alors autant se barrer ! ». J'avais horriblement besoin d'aide et étais dans la dépendance affective et matérielle. Cette position de vie va attirer des sauveurs (mon père) : je les attire en exprimant ma sensiblerie à outrance (j'appelais mes parents 5 fois par jour pendant 20 minutes étant seul au kot) et les sauveurs sont attirés en me donnant pour ma part une quinzaine de conseils. J'étais dans la symbiose et c'est au moment d'entrer à l'école normale qu'un jeu psychologique a commencé avec mon père.
d) +,- : Septembre 2004. J'ai fait mon initiation à la CNV et je découvre que j'ai des besoins. Je comprends que les miens ne sont pas comblés dans les études que je fais. Je commence à avoir du mépris pour mes parents, surtout mon père. Je suis en pleine expansion : j'exprime avidement mes besoins. Je cherche la revanche : cela n'a pas été parfait : ils ne m'ont pas écouté : « Vous êtes des nuls ». Je me mets à les juger. Je suis batailleur, critique, autoritaire avec une susceptibilité à fleur de peau : personne n'a à me contredire : « J'ai raison » et je cherche à avoir le dernier mot.
Je n'ai plus confiance en eux, les dévalorise. Je suis dans le rapport de pouvoir. Les choses se sont inversées depuis le -, +. En effet, il y a eu moment de stupeur, je passe de victime à persécuteur vis-à-vis du rôle sauveur de mon père. Me calmant un peu avec le temps, je suis entré dans une phase où j'essayais d'être à l'écoute de leurs besoins. Je jouais sauveur et le persécuteur s'activait chez eux : « Arrête avec des histoires de CNV ». J'ai fait aussi des démarches pour changer rapidement de métier. J'étais dans l'excès inverse : de la soumission totale, je passe à la révolte totale. Le lien entre le jeu psychologique et les positions de vie est ici évident : dans le triangle dramatique de Karpmann, chaque protagoniste du jeu a un – et donc n'est pas « OK ». Quelqu'un a un problème. Au début, c'est moi puis ce sont mes parents. Il y a de toute façon une amorce, une blessure, des réactions, un moment de stupeur et des bénéfices dans ce qu'il s'est passé dans mon vécu. Je remarque que ma position de vie favorite est la victime. C'est ainsi que je suis entré dans le jeu : en victime. C'est une position que j'ai prise tôt dans ma vie (3ans)
Le triangle sur sa pointe a de la peine à trouver sa stabilité : l'Adulte est absent la plupart du temps. C'est avec l'écoute bienveillante de moi-même et de mes parents qu'il a été de plus en plus inclus dans ma vie et des changements se sont produits.
e) +, + : Avec mon parcours CNV et ma pratique personnelle, je suis entré dans une phase où j'ai écouté mes besoins tout en écoutant ceux des autres. J'ai changé de métier. Je vais vers la psychothérapie ce qui a beaucoup plus de sens que le métier de prof. Je me donne ainsi des permissions : je me fais plaisir en étant moi-même et en pensant à moi. Je protège aussi l'enfant intérieur par l'auto-empathie et l'estime de moi-même et je travaille ma confiance en moi, ma puissance. Je suis sorti du jeu avec mon père : je l'accepte et m'accepte. L'écoute de mes besoins a pris en compte l'Adulte : j'ai écoute mes besoins (j'ai clarifié le problème) et j'ai cherché avec les autres une solution dans l'interdépendance et l'autonomie. J'ai fait preuve de responsabilités, agi en fonction de la situation et de manière constructive. Je suis en contact avec mes émotions directement (joie, tristesse, peur, colère, compassion). J'ai de l'amitié pour les autres et les respecte autant que moi-même et la vie.
f) Définition de la position de vie : En lien avec mon scénario, je prenais facilement une position de vie -,+ par rapport aux évènements. J'avais des pensées, des émotions et des comportements qui en étaient caractéristiques. Cela a eu des conséquences très précises sur ma vie et sur mes relations : jeux où j'entre en victime, dévalorisations de mes capacités, .... Elle a déterminé les états du Moi qui ont fonctionné (Enfant soumis/rebelle), la façon de nourrir mes soifs, l'entrée dans des jeux et la gestion des émotions.

_________________
"Quand l'amour s'en va, c'est le pouvoir qui prend sa place" Jung

Comme un gnOme : http://www.youtube.com/watch?v=7GN1I7M3yCc

Ofélia, puisses tu guider les êtres vers le Coeur, âme soeur, pour qu'ils puissent vivre avec l'Amour jusqu'à la fin de leur chemin, de leurs jours ; moi, je viens avec toi, tiens prends ma main ... : http://www.youtube.com/watch?v=GQCUF8ZvQTU&feature=player_embedded
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clidre.skyblog.com
 
Témoignage (date de 2007), les positions de vie (analyse transactionnelle)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» salon Natura à Rezé (44) du 09 au 13 février 2007
» Epreuves 2007 (Bac, Brevet,...)
» Date de la rentrée
» Témoignage : Varda Étienne parle de sa maladie l vidéo bipolarité
» Date des résultats d'admissibilité des troublien(ne)s

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miroir de l'âme : rencontres d'âmes et d'esprits :: Accueil :: Espace de lecture publique-
Sauter vers: